Brexit: un renversement pour l’UE, une pertinence pour l’immobilier parisien

0

Un changement au niveau de l’immobilier se voit partout dans le monde actuel. Que ce soit à cause de l’économie nationale, de la politique ou d’une raison personnelle à l’Etat en elle-même. Et pourtant, avec le Brexit, ce dernier a mis en sens dessus-dessous le monde de l’UE. L’immobilier a eu un rebondissement exceptionnel, ayant un côté positif pour les uns contrairement aux autres. Cela peut être vérifié surtout au niveau du loyer, mais aussi et principalement sur le marché de l’immobilier proprement dite. L’arrivée du Brexit a donc poussé le changement en surface, néfaste notamment et spécialement pour les investisseurs.

Avec le Brexit, Berne doit saisir une opportunité immobilière vis-à-vis de l’UE

Selon l’avocat Jean Russotto, la Suisse doit tenir le cap des négociations et du calendrier avec la Commission. Objectif: parvenir à un accord encore cet été.

Pour Jean Russotto, avocat d’affaires suisse installé à Bruxelles et l’un des meilleurs connaisseurs des relations bilatérales, le Brexit constitue certes un grand problème pour l’Union Européenne (UE). Mais ce n’est pas une raison suffisante pour geler les négociations avec la Suisse sur la libre circulation des personnes. Il affirme que Berne doit tenir le cap et le calendrier des négociations avec la Commission pour aboutir à un accord encore cet été. Il rappelle que les négociations avaient été mises en veille pendant plusieurs mois. Avant le vote britannique, l’UE avait fait comprendre qu’en cas de Brexit, la gestion du divorce l’occuperait durant au moins deux ans et que la Suisse devrait patienter.

Problème immobilier avec le Brexit

Alors que le Brexit a provoqué un changement international, son impact sur le monde de l’immobilier ne s’est pas fait vraiment à découvert. En effet, ce dernier a eu moins d’effet négatif au niveau de l’immobilier. En réalité, seuls quelques contrats de location à usage commercial ou habitation risquent de souffrir par rapport à la décision prises par les Britanniques d’abandonner l’UE. Selon certains spécialistes, c’est surtout le segment du luxe qui risque gros.

Partager >>

A propos de l'auteur