#Assurance-vie et Brexit : les épargnants Français attirés par les contrats en unité de comptes

0

Il paraît que l’année 2016 est celui des épargnes en assurance-vie en unité de compte (UC). En tout cas, le premier trimestre paraissait être prometteur. En effet, les chiffres enregistrent, au mois de mai, 1,2 milliard de fonds rien que pour ce type de placement sur 1,4 milliard d’euros selon l’Association Française de l’Assurance (AFA). Cependant, le Brexit risque de freiner cette ascension.

Epargne en unité de compte, plus prisée

Un peu plus risqué que les autres catégories de placement, les épargnes assurances-vie en unité de compte (UC) ont su convaincre de plus en plus de français. Le pic de 5,8 milliards de collectes nettes a d’ailleurs été atteint par ce secteur en moi de mai 2016. Une valeur qui est plus importante que celui de l’année dernière. En fait, la collecte nette de cotisations des sociétés d’assurances de cette année a connu une amélioration par rapport à 2015, avec 59,4 milliards d’euros contre 57 milliards soustraits des retraits estimés à 48,4 milliards d’euros soit au total 11 milliards d’euros dont 53 % ont été consacrés à l’assurance vie en unités de comptes.

La raison en est que, les particuliers ont su apprécier les revenus de l’épargne, qui suivent l’évolution du marché et peuvent atteindre un taux très intéressant.

Le Brexit, une menace pour les assurances

Un taux de collecte de 85 % et des sommes retirées à un taux de 90 %, il parait que la stabilité du marché financier a privilégié l’apologie des comptes épargnes assurance vie en unité de compte. Mais la chute du marché provoqué par le Brexit risque fort de changer la donne.

En effet, que ce soit les agences d’assurance ou les banques, tout le monde financier tremble de la baisse du marché. La sortie de la Grande-Bretagne va obligatoirement entraîner un bouleversement de ce dernier dans la zone euro.

 

Partager >>

A propos de l'auteur