Assurance vie, point à examiner pour choisir un contrat

0

Avant de signer un contrat d’assurance vie, quelques points essentiels sont à prendre en compte, car l’assurance devrait apporter plusieurs bénéfices à l’assuré. Dès que vous auriez pris la décision de souscrire à une assurance vie, il faut tout de suite chercher un assureur de confiance. On peut alors se confier à un groupe d’assurance, à une filiale d’un établissement bancaire, une mutuelle qui s’occupera de la gestion des contrats et assurera l’encours des fonds en euros proposés. De ce fait, choisir un assureur ayant une bonne réputation dans ce domaine est plus raisonnable. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas signer un contrat dans l’immédiat, sans avoir vérifié si l’offre proposée par l’assureur répond très bien à vos besoins.

Assurance vie, les points déterminants pour un contrat

Selon un spécialiste dans le domaine de l’assurance vie, le fonds en euros devrait servir au minimum 2,50% de frais de gestion en 2015. De plus, on jouit maintenant de la présence de fonds en euros atypiques qui dispose les mêmes garanties que les fonds en euros traditionnels.

En outre, le talon d’Achile de l’assurance vie peut aussi influencer considérablement la rentabilité du contrat. Il faut faire très attention aux frais sur versements, car ils peuvent aller jusqu’à 5% des primes. De plus, les contrats en ligne ne les facturent pas, poussant tous les acteurs à revoir leurs prétentions à la baisse qui sont également négociables. En ce qui concerne les frais de gestion, ils sont prélevés chaque année sur le montant de l’épargne gérée. Et enfin, les frais d’arbitrage qui sont prélevés lorsqu’une somme est transférée d’un support à un autre, ne concernent que les multi-supports.En apprend également la mise en place du Ficovie pour les assurances vie

Assurance vie : autres points essentiels

Parfois, les contrats d’assurance vie affichent « 100% de participation aux bénéficies ». Il s’agit d’une méthode comptable, mais pas d’une réalité financière. En outre, un contrat qui autorise les avances est également à privilégier, même si ce n’est pas toujours très facile de bien évaluer leur coût. Ce qui est sûr, c’est que le coût de cette avance ne devrait pas dépasser 0,5% par an au maximum. Par contre, les contrats qui prévoient des pénalités en cas de rachat partiel ou total avant l’échéance sont à éviter.

Partager >>

A propos de l'auteur