Variation des taux des prêts immobiliers pendant le coronavirus

0

Malgré la crise sanitaire causée par le coronavirus, les barèmes des taux immobiliers restent relativement stables au cours du premier trimestre 2020. Selon les experts, l’impact de cette pandémie sur la structure des taux d’emprunt ne serait pas immédiat. Toutefois, une légère augmentation a été observée au cours de la moitié du mois de mars, mais la Banque de France met en place régulièrement des taux d’usure en cas de hausse incontrôlée. Explications.

Les taux de crédit immobilier région par région

Alors que la crise sanitaire due au coronavirus touche presque tous les secteurs d’activité, le marché de l’immobilier semble rester dans la bonne voie, du mois pour l’instant. Une étude récente a montré que les meilleurs taux immobiliers sur 15 ans sont encore sous la barre symbolique des 1%, et cela dans toutes les régions françaises avec un taux minimum de 0,65%. Seule la région du nord affiche un taux mini de 0,64%.

Concernant les taux du marché, les régions du Nord, de la Méditerranée et du Rhône-Alpes enregistrent un taux de crédit immobilier moyen de 1%. Quant aux autres régions, notamment l’Ile-de-France, l’Ouest, l’Est et le Sud-Ouest, elles affichent un taux d’emprunt moyen de 1,05%. Pour le mois d’avril, les taux immobiliers « standard » restent attractifs, quelle que soit la durée :

  • 7 ans : 0,81%
  • 10 ans : 0,91%
  • 15 ans : 1,10%
  • 20 ans : 1,29%
  • 25 ans : 1,58%

Si le coronavirus n’a pas eu un impact direct sur les taux d’intérêt, les conditions d’emprunt, quant à elles, sont de plus en plus sélectives.

Covid-19 : doit-on s’attendre à une augmentation des taux immobiliers ?

La situation actuelle est encore instable, difficile donc pour les experts d’annoncer une évolution des taux de crédit immobilier. Ce qui est sûr, c’est que ces derniers sont contraints par le rendement des Obligations Assimilables du Trésor à 10 ans, qui reste instable au cours de ces dernières années. Il faut noter qu’une légère augmentation de 60 points a été enregistrée entre les 12 et 17 mars derniers, et cela pourrait engendrer une remontée dans les mois à venir.

Pour le moment, les transactions ont été suspendues et la majorité des banques ont arrêté la signature de nouveaux contrats. Si la période de confinement en France devait se prolonger dans les mois à venir, les établissements de crédit n’auraient d’autre option que le maintien des taux d’emprunt très bas afin de compenser la baisse d’activité. C’est donc après cette période difficile que le niveau des taux d’emprunt aura forcément un impact vis-à-vis des emprunteurs.

Taux d’usure : la Banque de France définit une limite en cas de hausse

Quelle que soit l’évolution de la situation actuelle dans les prochaines semaines, les emprunteurs ne devront avoir aucune crainte. En effet, la Banque de France a mis en place des taux d’usure pour protéger les clients en cas de hausse des taux immobiliers. Les organismes prêteurs sont donc tenus de respecter ces taux d’usure en appliquant des taux inférieurs à ceux-ci.

Concrètement, les taux d’usure font office d’amortisseurs lorsque les taux immobiliers des banques augmentent. Il suffit donc de consulter la prochaine publication de la Banque de France, sachant que les taux d’usure sont publiés trimestriellement.

Partager >>

A propos de l'auteur