La reforme sur les remboursements de santé : les particuliers payent les pots cassés

0

Ce fut l’année 2013 que le ministre de la Santé Marisole Touraine avait opté pour une réforme des remboursements santés. Il a été décidé que la part de remboursement effectuée par les Mutuelles santé va être revue à la baisse. Le but était alors de diminuer la majoration demandée par les médecins de la deuxième et la troisième catégorie lorsqu’ils prennent auprès des patients des surplus d’horaires. Une tendance qui, jusque là, défavorisait les assureurs. Mais le constat est simple : la démarche n’a pas marché. Voici pourquoi…

Pourquoi une reforme sur les remboursements de Mutuelles santé ?

À la base la réforme semblait être une bonne idée. Il s’agissait de faire diminuer les honoraires demandés par certains prestataires santé. En effet, il est devenu monnaie courante pour les médecins de prendre en surplus d’horaires sur certains patients afin de leur demander une majoration de 200 %. Ainsi, c’est aux Mutuelles santé de prendre en charge de ces frais à ce moment là.

 

Des médecins qui font la sourde oreille par rapport à la reforme

Avant la reforme, la question de la majoration de 200 % n’était problématique que pour les assureurs. En effet, la somme était prise en charge par les mutuelles santés. Cependant, maintenant que la somme accordée à titre de recouvrement des soins a été revue à la baisse, la question touche tous les ménages français.

En effet, les médecins font la sourde oreille et continuent de demander le même tarif à leurs patients qui doivent dorénavant payer de leur poche la consultation. La reforme a donc eu l’effet inverse que celui escompté. Et ce sont les particuliers qui payent les pots cassés sur le pari mal placé du ministre. Car, la différence est de l’ordre de plusieurs centaines d’euros. Et la facture est encore plus salée pour les opérations lourdes.

Partager >>

A propos de l'auteur