Immobilier : les prix grimpent en réaction à la baisse des taux

0

La politique du gouvernement français est d’abaisser le taux de crédit bancaire pour favoriser l’investissement immobilier. Cette baisse en faveur des nouvelles constructions a particulièrement rehaussé les pouvoirs d’achat de la population. Les investissements ont en conséquence favorisé l’essor de l’économie du pays entier. Depuis le début de l’année, les statistiques en immobilier ont démontré que la clientèle cible tend à investir dans la construction des grandes surfaces avec un agencement de trois pièces et plus. Considérant la valeur des loyers et des impôts relatifs, les investisseurs hésitent cependant pour la construction des petites surfaces incluant les studios ou les deux-pièces. A l’exception de la région de la Seine-et-Marne où le prix de l’immobilier neuf a baissé, la tendance de développement parisienne ne s’observe pas dans les banlieues.

Immobilier : les répercussions de la baisse des taux de crédits

La révision à la baisse des taux de crédits par les banques a été le premier profit offert aux clients par les établissements bancaires depuis 2012, le marché à reconnu cette baisse considérable avec un taux moyen de 1.77 % hors assurances.

Avec l’augmentation du pouvoir d’achat, les acheteurs solvables sont encouragés par la baisse de ce taux de crédit allant de 2.5 % à 1.9 % en cinq mois. La seule explication de cet engouement soudain pour une construction neuve s’explique par la baisse des taux directeurs qui se répercute indirectement sur les taux de crédit immobilier.

La pluie et les grèves n’ont pas impacté le marché

Contrairement à toutes les autres années, le marché de l’immobilier a reconnu un résultat favorable depuis le début de l’année. Normalement, le climat social et météorologique ne permet guère de sensibiliser les acheteurs durant la période de pluies. Mais les révisions des taux de crédit par les banques ont dépassé les aléas enregistrés durant la saison froide.

Partager >>

A propos de l'auteur