Immobilier : quelques bonnes raisons d’investir dans le locatif en 2016

0

Les Français qui choisissent d’investir en locatif sont de plus en plus nombreux en 2016. Si le locatif privé avait représenté 14,2 des logements construits en 2015, le chiffre est monté à 15,4% en 2016. De plus, une étude du Crédit Foncier avait montré que la majorité des Français préfèrent investir dans l’immobilier s’ils en ont la possibilité. « Si vous disposez d’une somme d’argent à investir, quels supports privilégieriez-vous ? » 65% des Français qui ont répondu à cette question ont choisi l’immobilier en premier lieu. Il devance l’assurance vie, le livret d’épargne sécurisé et les marchés financiers.

Immobilier : Les raisons qui poussent les Français à investir en locatif

Payer moins d’impôt : c’est la principale source de motivation de 50% des familles ayant choisi d’investir dans le locatif.

Cependant, le financement d’un immobilier neuf est encore plus avantageux grâce au dispositif de défiscalisation Pinel. D’un autre côté, 47% des investisseurs locatifs sondés ont pris cette décision du fait que celui-ci permet de se constituer une propriété. Par contre, opter pour un immobilier ancien est plus bénéfique que le neuf. En outre, 46% des investisseurs locatifs choisissent aussi cette option du fait que celui-ci assure un futur complément de retraite et c’est principalement la source de motivation des investisseurs dans l’ancien.

Immobilier : Pourquoi investir dans des petits appartements ?

Par rapport aux maisons, les investisseurs s’intéressent plutôt aux petits appartements, et ceux depuis plusieurs années. En 2016, on peut s’offrir un appartement de 45m2 pour une somme de 164.000 euros. En Ile-de-France, le montant peut aller jusqu’à 209.000 euros et 165.000 euros en Pays-de-la-Loire, c’est tout autre chose par exemple pour faire construire dans l’Oise. Une forte baisse des taux de crédit a également permis aux ménages de se lancer dans l’acquisition d’un bien immobilier et presque tout le prix d’acquisition du bien est financé à crédit en 2016 si on n’avait enregistré que 94% en 2010. Entre 2010 et 2016, le montant médian emprunté a augmenté de 13%.

Partager >>

A propos de l'auteur