Comptes en banque des bénéficiaires du RSA dans le Haut-Rhin : une économie de 852.000 euros en 2016 grâce aux contrôles

0

Depuis le début de l’année, les contrôles des bénéficiaires du RSA en Alsace ont permis d’économiser 852.000 euros. C’est ce que le président du Conseil départemental, Eric Straumann avait indiqué à 20 Minutes. Selon toujours ses explications, on ne peut pas verser de l’argent public sans faire un minimum de contrôle, alors même que cet argent public est de plus en plus rare. De plus, ce n’est pas le fait de savoir qu’un bénéficiaire va utiliser son RSA pour aller au restaurant qui les dérange. Il a précisé que les dépenses ne les intéressent pas, mais les recettes, oui. « Nous vérifions que les bénéficiaires du RSA n’ont pas de revenus par ailleurs » avait-il rajouté.

400 personnes concernées par les contrôles des comptes en banque depuis le début 2016

Depuis le début de l’année, environ 400 personnes bénéficiaires du RSA depuis plus de trois ans ont fait l’objet des contrôles dans le département du Haut-Rhin. Parmi ces 400 personnes, 40 ont montré des revenus supplémentaires ; « C’est quand même 10% d’entre eux » explique Eric Straumann.

En outre, Frédéric Bierry, président du Conseil départemental dans le Bas-Rhin a déclaré que nous devons être attentifs au fait que l’argent public soit utilisé à bon escient. Il a également précisé que ces contrôles sont effectifs depuis trois ans, mais dans ce qu’il appelle une démarche de bienveillance responsable.

La nécessité des contrôles des comptes en banque

Selon les explications de Frédéric Bierry, les contrôles sont nécessaires pour convaincre les concitoyens de l’intérêt des politiques sociales, car ils permettent de montrer leur côté irréprochable. Son évaluation a montré que 10% des bénéficiaires du RSA sont dans l’illégalité. Selon ses dires, ceux qui refusent les contrôles doivent avoir quelque chose à se reprocher. Il a également rajouté que si un bénéficiaire ne veut pas être contrôlé, il ne devrait pas vouloir être bénéficiaire des aides sociales.

Partager >>

A propos de l'auteur