La complémentaire santé en entreprises aurait un impact limité sur l’amélioration des couvertures santé

0

Selon une étude de l’institut de recherche et documentation en économie de la Santé (Irdes), l’obligation pour les entreprises de proposer une complémentaire santé à tous les salariés, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2016, n’aura que peu d’influence sur le nombre de personnes non couvertes. D’après cette enquête, l’impact de la mesure sera modéré. L’institut de recherche et documentation en économie de la Santé (Irdes) a interprété les données obtenues grâce une simulation basée sur les chiffres de l’Enquête santé protection sociale (ESPS) de 2012.

D’après les données obtenues, l’impact du déploiement de l’accord national interprofessionnel (ANI), n’aurait que peu d’intérêt pour l’accessibilité des salariés aux soins.

Les inégalités resteront importantes

L’étude révèle en effet un impact très limité sur le nombre de couvertures par une complémentaire santé puisque celle-ci « serait encore de 4% après la généralisation de la complémentaire d’entreprise » alors qu’elle était à 5% en 2012.

Les auteurs soulignent que 80% des personnes ne bénéficiant pas de couverture santé en 2012 resteront dans ce cas malgré l’entrée en vigueur du dispositif et que « La non-couverture resterait toujours plus élevée pour les populations les plus fragiles, c’est-à-dire les chômeurs, les plus précaires et les plus malades « .

Face à l’impact limité de la mesure sur le nombre de personnes couvertes par une complémentaire santé, l ‘institut de recherche et documentation en économie de la Santé rappelle « l’importance des autres dispositifs mis en place pour améliorer l’accès à la complémentaire santé des ménages les plus pauvres » telle que l’ACS (aide à la complémentaire santé) ou encore la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire).

Partager >>

A propos de l'auteur