Retraite complémentaire : Pas d’accord mais une nouvelle réunion

0

Lundi 22 juin, le patronat et les syndicats s’étaient réunis afin de trouver des solutions pour envisager l’avenir des retraites complémentaires, l’Agirc et l’Arrco dont situation économique est désastreuse. Hier soir, les deux partis ont quitté les négociations sans nouveau compromis. Rendez-vous est pris le 16 octobre pour continuer les discussions.

Depuis le mois d’avril, des négociations entre le patronat (Medef, CGPME, UPA) et les syndicats (CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO) sont en cours afin de trouver un terrain d’entente sur le problème des régimes de retraite complémentaire, l’Agirc (salariés) et l’Arrco (cadre). Il s’agit de mettre fin ou, du moins, de limiter les déficits abyssaux des régimes de retraite complémentaire et d’assurer leur pérennité.

Les points de discorde

La réunion de ce lundi 22 juin n’a pas réconcilié les organisations syndicales et patronales puisque les points désaccords sont encore nombreux et aucun compromis n’a été trouvé.

Parmi les propositions qui bloquent les négociations, l’idée du patronat, consistant à appliquer un système de décote pour ceux qui partent en retraite avant 65 ans , ne passe pas auprès des syndicats. Ils jugent cet abattement dégressif « inacceptable » et assimilent cette incitation à travailler plus longtemps à du « chantage ».

De leur côté, les organisations syndicales souhaitent une augmentation des cotisations, mais le patronat s’y oppose. Concernant une éventuelle fusion de l’Agirc et l’Arrco, un groupe de travail a été délégué pour l’étudier, mais la CGT et la CFE-CGC y sont hostiles.

Devant l’impossibilité de trouver des compromis, patronat et syndicats ont choisi de continuer leur discussion le 16 octobre pour une nouvelle séance de négociation. Une réunion qui semble bien lointaine au vu de l’ampleur du redressement financier que nécessitent les régimes de retraite complémentaire.

Partager >>

A propos de l'auteur