Quelques craintes à propos de la nouvelle loi Pinel

0

Le gouvernement a annoncé le prolongement de la loi Pinel, les investisseurs ont donc été heureux de constater l’arrivée de cette mesure. Toutefois, une mauvaise nouvelle est au rendez-vous à cause des zones tendues qui seront privilégiées. Cela réduira considérablement les possibilités en termes d'investissements.

Les pourcentages réjouissants de la loi Pinel attirent les investisseurs

La loi Pinel reste le dispositif de défiscalisation le plus attractif pour tous les amoureux de la pierre. Vous pouvez jouir d’un pourcentage confortable de plus de 20 % pour une mise en location sur 12 ans. Ces chiffres concernent uniquement la France métropolitaine, car les statistiques s’envolent réellement pour l’outre-mer. Le chef de l’État a l’intention de dynamiser ces territoires souvent délaissés alors qu’ils ont un véritable potentiel. La réduction fiscale est donc colossale puisqu’elle est atteinte près de 30 % pour une location similaire.

Une réduction du nombre de villes compatibles pour 2018

Les Français sont donc nombreux à casser pratiquement leur tirelire et à piocher dans leur épargne afin d’acquérir un logement dans les plus brefs délais. Il faut noter que la loi Pinel permet de réduire les impôts et cela est très intéressant surtout si les dépenses dans ce domaine sont élevées. Au vu de l’engouement suscité par ce dispositif de défiscalisation, le gouvernement ne pouvait pas le supprimer comme c’était prévu le 31 Décembre 2017. L’Assemblée nationale a donc validé il y a quelques jours ce projet, mais une petite nouveauté est au programme. La loi Pinel que vous connaissez aujourd’hui ne sera pas celle de 2018, car les zones tendues seront particulièrement importantes. Les autorités compétentes ont tout de même quelques craintes, ils ont peur qu’un mécanisme à deux vitesses se mette en route.

Le zonage de la loi Pinel est à l’étude pour plusieurs villes

Pour l’instant, la loi Pinel de 2018 ne sera pas au rendez-vous pour certaines grandes villes. Pourtant, la rentabilité est très forte dans ces zones, mais le gouvernement souhaite favoriser la construction ou la mise en location de logements dans des lieux qui sont souvent délaissés afin de jouir d’une bonne dose de dynamisme. Des demandes ont donc été faites en conséquence pour que le dispositif de défiscalisation soit élargi à d’autres villes. Le nouveau zonage est de ce fait à l’étude, mais en fonction des réponses, deux communes pourraient ne pas être compatibles à savoir Brest et Saint-Étienne.

Partager >>

A propos de l'auteur

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

S'inscrire à notre Newsletter gratuite

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir dans votre boite mail les derniers articles une fois par semaine.

Vous êtes inscrit